Autoradio Bluetooth GPS 1 DIN

Comment tester des enceintes pour autoradio bluetooth gps 1 din ?

Les enceintes que vous comptez utiliser avec un autoradio bluetooth gps 1 din peuvent être testées en trois étapes. Cela commence par le réglage de la sortie d’amplificateur. Vient ensuite la composition d’un bruit rose pour le test de puissance et la confirmation d’efficacité des composants de l’enceinte.

Réglage de la sortie d’amplificateur pour le test

Autoradio Bluetooth GPS 1 DIN

Les fabricants de haut-parleurs d’autoradio bluetooth gps 1 din emploient différents processus pour tester les capacités de gestion de la puissance de leurs produits. Certains d’entre eux ont des spécifications détaillées pour leurs procédures de test. D’autres se basent sur les données fournies par leurs fournisseurs. D’autres encore conçoivent leurs spécifications en fonction de la taille de la bobine acoustique utilisée dans la conception. Lancer la radio numérique avec l’autoradio 2 din android 9 pour tester votre ampli.

Autoradio Bluetooth GPS 1 DIN

Un processus de test d’enceinte bien conçu doit se faire en plusieurs étapes. Prenons le cas d’un caisson de basse. Le technicien règle la sortie de l’amplificateur de l’autoradio bluetooth gps 1 din à l’aide d’une piste audio sinusoïdale. Cette dernière représente un niveau de tension équivalent au niveau de puissance qu’il souhaite tester.

Disons que le subwoofer de 4 ohms doit être testé à un niveau de puissance de 200 watts. La tension sinusoïdale doit alors être de 28,28 volts en valeur efficace ou 40 volts de maximum à maximum. Une fois l’amplitude définie, un bruit rose égal à une amplitude de 20 Hz est joué pour tester le pilote.

Composition d’un bruit rose pour le test de puissance

Autoradio Bluetooth GPS 1 DIN

Le bruit rose est un signal audio composé de fréquences aléatoires légèrement supérieur à 0 Hz. Ces fréquences aléatoires sont générées à la limite supérieure du format de fichier audio. Pour un fichier WAV de qualité CD classique, le bruit rose serait de 22,05 kHz. Sachez que l’autoradio gps peugeot 206 peut lire le format audio WAV et d’autre format audio.

Chaque octave d’un bruit rose contient une quantité égale d’énergie de bruit. L’octave de 100 Hz à 200 Hz contient ainsi la même quantité d’énergie de bruit que l’octave de 1 kHz à 2 kHz. La puissance de chaque octave est inversement proportionnelle à la fréquence du signal. Dans un signal de bruit rose, la bande de 1 à 2 kHz est répartie sur 10 fois plus d’espace. Il y aurait ainsi 1000 hertz entre 1 kHz et 2 kHz.

Disons que vous jouez du bruit rose sur l’autoradio bluetooth gps 1 din. Les commandes de sensibilité de l’amplificateur sont réglées pour produire 100 watts de puissance à 20 Hz. La puissance produite par l’ampli sur vos enceintes sera de 10 watts à 200 Hz, 1 watt à 2 kHz et 0,1 watt à 20 kHz.

Confirmation d’efficacité des composants de l’enceinte

Autoradio Bluetooth GPS 1 DIN

Les niveaux sont maintenant réglés et le haut-parleur d’autoradio bluetooth gps 1 din est monté dans l’appareil de test. La piste de bruit rose est alors lue à un niveau continu jusqu’à ce que l’enceinte tombe en panne ou qu’un certain délai se soit écoulé. De nombreux fabricants définissent la durée minimum d’un test à 10 heures. D’autres prolongent l’expérience à près de 100 heures, comme sur les hauts parleurs de l’autoradio android Scirocco.

Cette étape s’achève lorsque la température a été stabilisée dans l’enceinte de l’autoradio bluetooth gps 1 din ou certain autoradio 2 din 150. Le test de durée prolongée confirmera ensuite la pertinence et la fiabilité des adhésifs et des matériaux de construction du haut-parleur. Il s’agirait à ce stade d’un test physique et d’une évaluation de gestion de la puissance.

Cette procédure varie d’une marque à l’autre. Les paramètres ‘Thiele/Small’ du pilote ne doivent pas toutefois excéder une quantité prédéfinie par rapport à ceux qui précédaient le test. Autrement, le test de l’enceinte ne sera pas réussi. En cas de changement significatif des propriétés électromécaniques, il y a lieu de supposer qu’un élément a été endommagé pendant le test.